Couleurs : définitions

Les termes en italique sont définis dans cette page.

CCT (Correlated Colour Temperature) : traduction de température de couleur proximale en anglais.

Cercle chromatique : représentation circulaire des teintes, voir détails.

Chromaticité : caractéristiques d’un rayonnement visible, généralement déterminé par ses deux coordonnées trichromatiques dans un diagramme de chromaticité normalisé CIE, voir détails.

CIELAB (CIE L, a, b) : un des deux diagrammes de chromaticité uniforme établi par la CIE en 1976, voir CIELUV et détails.

CIELUV (CIE L, u, v) : un des deux diagrammes de chromaticité uniforme établi par la CIE en 1976, voir CIELAB et détails.

Clarté : voir luminosité.

CMJ (Cyan Magenta Jaune) : couleurs primaires en synthèse soustractive, voir détails.

CMJN (Cyan Magenta Jaune Noir) : système des couleurs primaires en synthèse soustractive auquel le noir est ajouté, ce qui permet des impressions de qualité en économisant de l’encre. Ce système est également appelé quadrichromie, voir détails.

CMY (Cyan Magenta Yellow) : traduction de CMJ en anglais.

Composition spectrale : répartition des longueurs d’onde d’un rayonnement (visible pour la lumière).

Corps noir : modèle physique où le spectre électromagnétique (donc la couleur émise) ne dépend que de la température. Le soleil en est une bonne illustration. Ce concept permet notamment dans l’éclairage de définir une lumière blanche (chaude, froide…) en référence à la température (donc à la couleur) de ce corps idéal (3000°K pour du blanc froid et 4000°K pour du blanc chaud par exemple), voir température de couleur, température de couleur proximale et détails.

Couleur : perception de l’œil humain des différentes ondes électromagnétiques de longueurs d’onde visibles, c’est-à-dire comprises entre 380 et 780 nm. Cette perception prend en compte la lumière incidente, la réflexion de la surface et la sensibilité de l’œil de l’observateur (la couleur n’est donc pas un absolu). La couleur peut être représentée par un espace dimensionnel en trois dimensions, voir détails.

Couleurs complémentaires : deux couleurs sont dites complémentaires si elles sont opposées sur le cercle chromatique, par exemple le bleu et l’orange ou le vert et le rose, voir détails.

Couleur primaire : couleur permettant avec ses couleurs associées d’exprimer une grande partie des couleurs visibles, idéalement la totalité. En synthèse additive, il s’agit du système RVB  – rouge (700 nm), vert (546,1 nm) et bleu (bleu : 435,8 nm) -. En synthèse soustractive, il s’agit du système CMJ –  cyan, magenta et jaune -, voir détails.

Couleur secondaire : couleur obtenue par combinaison, en proportions égales, de couleurs primaires dans leurs ensembles respectifs (additif ou soustractif). Il s’agit du cyan, magenta et jaune en synthèse additive et du rouge, vert et bleu en synthèse soustractive (soit l’opposé des couleurs primaires).

Couleur tertiaire : couleur obtenue par combinaison d’une couleur secondaire et la couleur primaire non contenue dans cette couleur secondaire.

CQS (Colour Quality Scale) : indice (différent de l’IRC) pour qualifier le rendu des couleurs pour des sources monochromatiques comme les LED. Cet indice a été mis au point au milieu des années 2000 par Yoshi Ohno et il se base sur 15 échantillons de couleurs hautement saturées.

Degré Kelvin : grandeur physique exprimant la température à partir du zéro absolu qui est à -273,15°C (degré Celsius). Par conséquent, 0°C équivaut à +273,15°K et 100°C à +373,15°K. Le degré kelvin est utilisé dans l’éclairage pour caractériser la température de couleur proximale en référence à la température d’un corps noir (température de couleur).

Diagramme de chromaticité : représentation bidimensionnelle permettant de caractériser une perception de couleur. En ce qui concerne les sources de lumières artificielles, il est généralement fait référence à l’espace de couleur (appelé également espace colorimétrique) CIE 1931, voir détails.

Diagramme de chromaticité uniforme : diagramme de chromaticité pour lequel les coordonnées sont définies pour que des distances égales représentent – aussi bien que possible et dans tout le diagramme – des intervalles égaux de discrimination des stimulus de couleur ayant même luminance, voir CIE 1976 associé aux espaces chromatiques CIELUV et CIELAB et détails.

Gamut : sous espace de l’espace des couleurs à l’intérieur duquel un appareil (écran, imprimante) peut produire de la couleur. L’espace des couleurs est un espace de forme quelconque et les appareils ne composent en général qu’avec trois couleurs sans pouvoir exprimer de valeur négative : il est donc impossible de rendre la totalité des couleurs. Le gamut d’un appareil peut être amélioré en prenant plus de trois couleurs de base (primaires), voir détails.

IRC (Indice de Rendu des Couleurs) : indice compris entre 0 et 100 qui a pour objectif de rendre compte de l’aptitude d’une source de lumière à bien rendre les couleurs. 100 correspond à la valeur de référence et à la valeur maximale qu’une source peut atteindre. L’IRC correspond à la moyenne des indices particuliers de rendu des couleurs (noté Ra) pour un ensemble spécifié d’échantillons de couleurs test. La source de référence est un corps noir entre 2300 et 5000°K et au delà par une lumière naturelle normalisée.

Irisation : en éclairage, phénomène qui voit apparaître des couleurs (celles de l’arc-en-ciel) suite à la décomposition de la lumière. Ce phénomène peut s’observer par exemple en réflexion sur de l’aluminium optique ou en transmission au travers un plastique (phénomène du prisme ou de l’arc-en-ciel).

Kelvin : voir degré Kelvin.

Luminosité : appelé également clarté, cette propriété correspond à l’apparence lumineuse d’une couleur. Si une couleur est sombre par exemple, sa luminosité sera faible. Cette notion se rapproche – sans être équivalent – de la luminance. Pour la modifier il suffit de mélanger une teinte avec du noir ou du blanc, voir détails.

Métamère : deux rayonnements visibles sont dits « métamères » s’ils présentent les mêmes composantes de chromaticité (même point sur le diagramme de chromaticité CIE) et des compositions spectrales différentes.

Métamérisme : propriété correspondante aux rayonnements métamères. Une illustration courante de cette propriété est le fait que deux surfaces perçues de couleur identique sous un certain éclairage seront perçues de couleurs différentes sous un autre éclairage.

Munsell (atlas de) : modèle colorimétrique en trois dimensions dû à Albert Henry Munsell (1858 – 1918).

Quadrichromie : système de quatre couleurs utilisé pour l’impression, voir CMJN.

Ra : valeur moyenne de l’IRC, bien noter qu’elle n’est calculée que sur les 8 premiers échantillons (et que du coup elle ne prend pas en compte notamment le rouge intense R9)

Rff (Farbwiedergabe Index für Fleisch und Fleischerzeugnisse) :  indice allemand de rendu des couleurs spécial pour l’éclairage de viandes et de produits de boucheries.

RGB (Red Green Blue) : traduction de RVB en anglais.

RGBA (Red Green Blue Amber) : association de l’ambre aux trois couleurs primaires en synthèse additive pour avoir un gamut plus étendu, voir détails.

RVB (Rouge Vert Bleu) : couleurs primaires en synthèse additive, voir détails.

Saturation : appelée également pureté, il s’agit de l’intensité d’une teinte, voir détails.

Synthèse additive : opération consistant à combiner la lumière de plusieurs sources émettrices colorées afin d’obtenir une nouvelle couleur (la couleur est produite par la lumière). En synthèse additive, les couleurs primaires sont le rouge (700 nm), le vert (546,1 nm) et le bleu (bleu : 435,8 nm). Il s’agit du système RVB (ou RGB pour les anglophones). L’addition de ces trois couleurs donne du blanc et l’absence de couleur donne du noir. Cette synthèse trouve ses applications dans l’éclairage, la vidéoprojection ou les écrans, voir détails.

Synthèse soustractive : opération consistant à combiner l’effet d’absorption de plusieurs couleurs afin d’en obtenir une nouvelle (la couleur est obtenue par des pigments). En synthèse soustractive, les couleurs primaires sont le cyan, le magenta et le jaune. Il s’agit du système CMJ (ou CMY pour les anglophones). La soustraction de ces trois couleurs donne du noir et l’absence de couleur donne du blanc (si le support est blanc). Cette synthèse trouve ses applications surtout dans l’impression couleur (dans ce cas le noir est généralement ajouté, il s’agit de CMJN ), voir détails.

Teinte (« hue » en anglais) : couleur pure (sans prise en compte de la saturation ni de la luminosité), voir détails.

Température de couleur : température d’un corps noir idéal dont la chromaticité est celle d’un objet ou d’une lumière donnée. Elle est exprimée en degré Kelvin, voir détails.

Température de couleur corrélée : voir température de couleur proximale.

Température de couleur proximale (ou température de couleur corrélée) : température d’un corps noir idéal donc la couleur perçue est la plus proche de l’objet ou de la lumière observée. La température de couleur proximale est couramment utilisée car dans les faits, rares sont les sources à avoir des spectres équivalents aux corps noirs. Elle est exprimée en degré Kelvin, voir détails.

Définitions : Source et lampe, Ballast et alimentationGradationOptiqueLuminairePhotométrie et éclairagismeInstallation et maintenanceLumièreEcologie