Gradation : définitions

Les termes en italique sont définis dans cette page.

1-10V : système de commande simple (analogique). → Voir la page dédiée pour plus d’informations.

Adresse IP : adresse d’un composant suivant le protocole IP (Internet Protocol). Cette adresse est de type xxx.xxx.xxx.xxx, par exemple pour un réseau informatique en local 192.168.2.1.

Adressage : méthode ou état qui établit une correspondance entre une adresse (comme une adresse IP) et un composant. Un réseau informatique (où les composants sont des ordinateurs, imprimantes, routeurs…) ou un bus DALI (où les composants sont des ballasts, alimentations, détecteurs, interfaces…) ont un adressage. L’adressage permet de gérer de manière fine en envoyant l’information uniquement au composant destinataire (contrairement au broadcast) et éventuellement d’avoir un flux bidirectionnel (le composant identifié par son adresse peut retourner de l’information à son tour).

AM (Amplitude Modulation) : la modulation d’amplitude (d’un signal électrique) est utilisée pour faire varier l’intensité des LED, possiblement en couplage avec le PWM.

Analogique : ce terme désigne les phénomènes ou les appareils dont les variations sont analogues (d’où le terme) à la grandeur physique associée. Le système de gradation 1-10V par exemple est de type analogique car les variations du potentiomètre sont analogues à celles de l’éclairage. Ce terme est couramment opposé à numérique, → voir la page dédiée pour plus de détails.

Art-net : protocole de commande dont le but est de permettre le transfert de grandes quantités de données DMX512 vers un réseau plus large (Ethernet).

BACnet : à l’instar de KNX et de LonWorks, standard de compatibilité et d’interopérabilité dans les secteurs de la domotique et de la gestion technique du bâtiment (GTB).

Binaire (système) : à l’instar du système décimal qui permet de décrire les nombres sur une base de 10 chiffres (0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9), le système binaire les décrit sur une base de 2 chiffres (0 et 1). Ce système est très utilisé en informatique car il est possible d’associer les 0 et les 1 au passage ou non du courant électrique. A titre d’exemple, voici quelques correspondances décimal→binaire : 1→1, 2→10, 3→11, 4→100, 5→101, 6→110, 7→111…

Bluetooth : protocole permettant la transmission d’informations à courte distance sans fil (wireless), → voir également ZigBee ou WIFI ci-dessous.

BMS (Building Management System) : traduction de GTB en français.

Bouton poussoir (BP) : appelé également « Switch control », ce système de commande simple permet de gérer la gradation de l’éclairage à partir d’un simple interrupteur de type bouton poussoir. → Voir la page dédiée pour plus d’informations.

Broadcast : en communication et informatique, diffusion de l’information à plusieurs récepteurs en même temps (opposée au point par point possible dès que les composants sont adressés, → voir adressage).

Bus (de commande ou de contrôle) : liaison physique reliant différents composants ou appareils (en éclairage : détecteur, interface, ballast, alimentation, relais…) à contrôler. Typiquement le système DALI demande un bus qui est réalisé par un câble de 2 fils (qui peut être blindé pour éviter les perturbations électromagnétiques, → voir CEM).

Contact sec : il s’agit d’un contact électrique indépendant de l’appareil électrique qu’il commande, par exemple un simple interrupteur.

Corridor : fonction développée initialement par la société Tridonic qui permet de produire un minimum d’éclairage 24h/24h et d’éclairer plus fortement en cas de passage d’une personne. Ce système est presque entièrement paramétrable et est très adapté aux lieux de passage type couloirs ou parkings, → voir la page dédiée.

Courant faible : réseau électrique appelé « de commande » car seules les informations y circulent (informatique, téléphonie, fax, DALI, GTB…). Les tensions et puissances en jeu sont faibles.

Courant fort : réseau électrique appelé « de puissance » car il alimente en puissance les appareils installés sur le circuit, entre autres les luminaires (alimentation en général en 230V).

Courant porteur en ligne (CPL) : la communication sur courant porteur en ligne superpose au courant d’alimentation des appareils électriques (généralement un signal sinusoïdal de 50Hz) un signal de haute fréquence et de faible énergie. Ce signal est codé à l’entrée et décodé à la sortie et permet de transporter de l’information sans ajout de fils supplémentaires (contrairement aux bus ou autres fils de commande). Cette technique de commande est utilisée dans l’éclairage extérieur mais pratiquement pas dans l’éclairage intérieur, → voir la page dédiée pour plus d’informations.

CPL (Courant Porteur en Ligne) : → voir courant porteur en ligne ci-dessus.

DALI (Digital Addressable Lighting Interface) : protocole métier (c’est-à-dire dédié à l’éclairage, → voir le site dédié) de contrôle des luminaires défini à la fin des années 1990. Ce système numérique fonctionne avec un bus de commande sur lequel sont branchés les composants à contrôler, → voir la page dédiée pour plus d’informations.

DALI 2 (Digital Addressable Lighting Interface) : deuxième version du DALI qui date de 2015 et qui se distingue notamment par une interopérabilité plus forte des composants et la certification effective de tous les produits marqués DALI 2.

DALI broadcast : utilisation de ballast dit « DALI » de façon simplifiée, c’est-à-dire sans adressage et avec flux monodirectionnel, → voir broadcast.

Décrochage : seuil minimal en dessous duquel les lampes ne peuvent plus fonctionner. En effet, de par leur fonctionnement, il n’est pas possible pour certaines lampes de baisser le flux à quelques pour cents de leur valeur maximale, elles « décrochent » avant, → voir la page de la performance.

Découpage de phase : système de gradation pour lampes incandescences ou halogènes, → voir la page dédiée pour plus d’informations.

Détecteur de luminosité : détecteur qui mesure la luminosité en un point, ce qui permet en le reliant aux luminaires d’adapter le flux de ces derniers par un système de gradation afin d’avoir toujours la même quantité de lumière dans la pièce, → voir la page dédiée pour plus d’informations.

Détecteur de présence infrarouge : détecteur de présence sensible à la chaleur. → Voir la page dédiée pour plus d’informations.

Détecteur de mouvement hyperfréquence : détecteur de mouvement qui peut être utilisé derrière du verre ou du plastique. → Voir la page dédiée pour plus d’informations.

DMX : protocole de gestion utilisé pour l’éclairage de scène ou pour la variation dynamique de couleurs, → voir la page dédiée pour plus d’informations.

DSI (Digital Serial Interface) : protocole de gestion numérique propre à la société Tridonic, → voir la page dédiée pour plus d’informations.

EIB (European Installation Bus) : ancien standard de bus de communication européen pour l’énergie et le bâtiment, qui a été à l’origine de la création du KNX à partir de 1999.

EnOcean : entreprise et solution radio qui porte son nom (nées en 2001) permettant de transmettre une commande par pression grâce à des capteurs piézoélectriques. L’interrupteur n’a donc pas besoin d’être câblé, le peu d’énergie nécessaire est fournie par la pression de l’utilisateur lorsqu’il appuie sur le « bouton ».

Ethernet : protocole de réseau local qui fonctionne par « paquet » dont l’en-tête contient des informations sur le contenu et la destination.

GTB (Gestion Technique du Bâtiment) : système informatique qui permet de gérer la globalité des équipements d’un bâtiment.

GTC (Gestion Technique Centralisée) : → voir GTB.

Interface : composant qui permet de faire le lien entre différents protocoles ou entre un système et un utilisateur.

Interrupteur sans fil : interrupteur qui envoie une commande par ondes électromagnétiques. Cet interrupteur peut fonctionner avec des piles ou par pression (effet piézoélectrique).

IP (Internet Protocol) : protocole utilisé par les réseaux informatiques et notamment Internet. Ce protocole peut être également utilisé en éclairage pour les systèmes de gestion complexes (GTB par exemple).

KNX : à l’instar de LonWorks et de BACnet, standard de compatibilité et d’interopérabilité dans les secteurs de la domotique et de la gestion technique du bâtiment (GTB). Ce standard est ouvert et reconnu comme norme par les instances européennes en décembre 2003 (→ voir les normes spécifiques).

LIFI (ou LI-FI, Light Fidelity) : ce terme – à rapprocher des mots HIFI et WIFI – signifie littéralement  « fidélité par la lumière ». Le principe est de transmettre de l’information grâce à la lumière, ce qui est rendu possible grâce à la possibilité de travail à très haute fréquence avec les LED. En effet, l’œil ne percevant qu’une vingtaine d’images par seconde et les LED pouvant éclairer à des fréquences bien plus élevées, le principe consiste à ne pas allumer les LED sur chaque période (le signal allumé ou éteint porte l’information binaire) tout en donnant l’impression d’éclairement permanent à l’utilisateur. Le flux d’informations étant monodirectionnel (uniquement dans le sens luminaire => récepteur, l’information ne peut donc remonter), les applications sont limitées à quelques situations particulières.

LonWorks : à l’instar de KNX et de BACnet, standard de compatibilité et d’interopérabilité dans les secteurs de la domotique et de la gestion technique du bâtiment (GTB).

Numérique (« digital » en anglais) : ce terme désigne les phénomènes ou les appareils dont les informations sont découpées et échantillonnées, contrairement au signal analogique. Ce procédé nécessite un codage/décodage et permet généralement une grande précision et efficacité, notamment par l’absence théorique de pertes durant le transport de l’information, point faible de l’analogique. → Voir la page dédiée pour plus de détails.

PoE (Power over Ethernet) : technologie qui permet de faire passer de la puissance (environ 15W en standard et jusqu’à plus de 30W en version PoE+) par un câble Ethernet pour alimenter des composants comme des téléphones, des imprimantes ou des casques audio. Ce principe commence à s’étendre aux luminaires, → voir la page dédiée pour plus d’informations.

Potentiomètre : résistance variable qui permet en éclairage de faire varier une tension, ce qui permet de commander une gradation suivant le principe du 1-10V, → voir la page dédiée aux composants pour plus d’informations.

Protocole : langage standardisé pour que les différents éléments connectés se comprennent, comme par exemple le protocole Ethernet, IP, le DALI ou le DMX.

PWM (Pulse Width Modulation) : technique de modulation de largeur d’impulsions d’un signal. Cette technique est utilisée dans l’éclairage LED notamment (voir également AM), pour réaliser des convertisseurs, des gradateurs ou des boosters, → voir plus de détails.

Relais : composant électromécanique ou électronique qui permet de dissocier et éventuellement de passer un ordre de la partie commande à la partie puissance, → voir plus de détails.

Switch control : → voir Bouton Poussoir ci-dessus.

Télécommande : interface utilisateur qui permet de transmettre de l’information (une commande en général) par ondes électromagnétiques.

Thread : protocole sans fil ouvert et basé sur l’IP destiné au bâtiment pour les objets connectés. Ce protocole est en cours d’élaboration par les plus grandes entreprises internationales.

Va-et-vient : montage électrique qui permet d’allumer une lampe à partir de deux interrupteurs.

VLC (Visible Light Communication) : communication ou échange de data via la lumière, c’est à dire grâce au spectre électromagnétique compris entre 380 et 780 nm. Les possibilités d’extinction et d’allumage très rapides des LED ont donné un nouvel essor à ce secteur, comme la création de solutions de géolocalisation avec la caméra d’un smartphone ou du LIFI.

WIFI (ou WI-FI, Wireless Fidelity) : ce terme – à rapprocher des mots HIFI et LIFI – signifie littéralement  « fidélité par le sans-fil ». Il s’agit d’un protocole  très utilisé permettant la transmission d’information sans fil (wireless), de même que le Bluetooth ou le ZigBee.

Wireless : littéralement « sans fil électrique » en français, il s’agit de toute technique de transmission de donnée par ondes électromagnétiques, comme par exemple le Bluetooth, le WIFI ou le ZigBee.

ZigBee : protocole permettant la transmission d’information à courte distance sans fil (wireless), inspiré du Bluetooth, avec un débit inférieur mais étant moins cher et plus simple, → voir Bluetooth ou WIFI.

Définitions  : Source et lampeBallast et alimentationOptiqueLuminairePhotométrie et éclairagismeInstallation et maintenanceLumièreCouleursEcologie

mise à jour :