Installation et maintenance : du concret

Introduction

L’installation et la maintenance jouent un rôle très important dans une approche économique comme cela est détaillé dans une étude en coûts globaux. La maintenance peut même devenir un des facteurs déterminants du choix des sources et des luminaires lorsque celle-ci est très contraignante et très coûteuse (luminaires au dessus d’escalator à 15m de haut ou par exemple au dessus de voies ferrées).

L’installation

L’installation d’un luminaire se distingue en deux parties : d’une part la fixation mécanique et d’autre part la connexion électrique.

Installation mécanique (types de montage)

De nombreuses possibilités d’accroches sont disponibles sur le marché selon le montage prévu du luminaire :

Type de luminaire Type de montage Schéma Dispositif
Downlight et encastré dans faux plafond Montage par dessus installation-encastre_dessus Posé sur l’ossature du faux plafond + filins de sécurité fixés au « vrai » plafond
Montage par dessous  installation-encastre_dessous Fixé sur faux plafond (pris en « sandwich ») par un système de ressort, brancard ou drapeau + fixation sur « vrai » plafond par tiges filetées
Plafonnier Au plafond en saillie  installation-plafonnier Par vis, plusieurs oblongs orthogonaux entre eux sont bienvenus sur le luminaire pour absorber les erreurs de perçage
Suspension, gamelle Suspendu au plafond installation-suspension Dispositifs souple (type filin de sécurité) ou rigide (tige filetée). De nombreux accessoires sont disponibles chez les fabricants, pour s’adapter aussi bien aux spécificités du luminaire (trous, insert filetés…) qu’à celles du plafond (bois, béton, plâtre…)
Applique et hublot Mural en saillie  installation-applique Par vis, plusieurs oblongs orthogonaux entre eux sont bienvenus sur le luminaire pour absorber les erreurs de perçage
Encastré mural Encastré dans le mur  installation-encastre_mural Réservation à effectuer dans le mur, fixation par vis ou par ressorts
Projecteur En saillie variable  installation-projecteur Généralement par vis (au travers d’une lyre par exemple)
Spots sur rail Sur rail (3 allumages)  installation-spot_rail Par un connecteur adapté qui assure à la fois la fixation mécanique et la connexion électrique
Lampadaire et lampe de bureau Posé  installation-lampadaire Sans objet
Encastré de sol Encastré dans le sol  installation-encastre_sol Réservation à effectuer, fixation par vis

Certains dispositifs peuvent s’avérer particulièrement intéressants pour faciliter le montage comme :
– Des trous de serrure ou des oblongs dans la tôle du luminaire
– Des systèmes sans outils type clips, grenouillère ou ressorts
– Un dispositif de suspension avec les embouts adéquats à la fois pour le luminaire et le plafond.

Zoom sur les montages par dessus et par dessous

Pour plus de détails, voir la page dédiée aux plafonds et faux plafonds.

installation-montage_dessus_dessous

Connexion électrique

La connexion électrique quant à elle peut être réalisée de deux manières :
– d’une part en dégainant le câble puis les fils et en les fixant dans un bornier inséré dans le luminaire
– d’autre part par connecteur si cela est anticipé entre l’électricien et le fabricant de luminaire. En effet, le fabricant de luminaires peut insérer un type de connecteur mâle défini sur son luminaire : l’électricien doit alors prévoir de brancher le connecteur femelle correspondant à l’extrémité de son câble.

Attention

Bien noter que pour des raisons de sécurité, le fabricant de luminaire ne peut utiliser un connecteur femelle : en effet, dans ce cas là, le connecteur mâle se retrouverait branché au câble lié au réseau électrique et comme par définition il propose des broches métalliques saillantes, il peut présenter un danger pour l’homme.

Version chantier

Afin d’optimiser l’installation des luminaires, une « version chantier » a vu le jour sur le marché. L’idée est de proposer un luminaire qui est installé très rapidement (mécaniquement et électriquement) et également protégé de la poussière du chantier. Important, cette version de luminaire doit pouvoir être installée sans avoir à ouvrir le luminaire. Elle comprend donc :
– un système de fixation et un système de connexion électrique sans avoir à ouvrir le luminaire
– les sources déjà installées (ce qui est déjà le cas généralement avec les LED)
– suivant les cas, un film de protection plastique pour éviter l’empoussièrement.

La maintenance

La maintenance consiste en deux opérations : le remplacement des sources mais aussi le nettoyage du luminaire pour éviter la perte de flux lumineux.

Remplacement des sources

Le remplacement des sources est pratiqué de manière courante pour toutes les sources des familles incandescences et lampes à décharges.

Cela n’est que très partiellement vrai pour les LED car bien souvent ces dernières sont montées dans le luminaire sous forme d’un module qu’il n’est pas prévu de remplacer : si les LED ne fonctionnent plus, il est nécessaire de remplacer le luminaire dans sa totalité. Les raisons de ce choix des fabricants tient à :
– la très forte évolution actuelle des LED sur le marché : il est fort peu probable de trouver sur le marché dans 3 ou 5 ans les LED actuelles, ce qui contraint bien souvent à changer l’alimentation mais également l’optique du luminaire
– le changement d’un module est peu aisé puisqu’il nécessite une protection électrostatique spécifique et du câblage fin. La seule possibilité d’avoir un système efficace est de prévoir des lampes ou des tubes LED.

Nettoyage

Le nettoyage du luminaire est un élément qui peut s’avérer capital. En effet, dans des zones sensibles, la poussière peut s’accumuler de manière importante jusqu’à occulter la majeur partie du flux lumineux (voir facteur de dépréciation et éclairement moyen à maintenir). Si de plus la maintenance est difficile et coûteuse, les conséquences économiques peuvent s’avérer sensibles, voir les études en coûts globaux.

La protection du luminaire contre la poussière (voir IP) est donc un élément déterminant et a un lien direct avec la fréquence d’intervention de nettoyage, voir la page dédiée.

Cas des LED

L’apparition de luminaires à LED où le changement des sources n’est pas prévu (voir ci-dessus) modifie la donne pour la maintenance. En effet, il est maintenant courant d’avoir des luminaires non démontables et seul le nettoyage doit être effectué régulièrement, ce qui couplé à une plus grande durée de vie des sources peut suivant les cas diminuer le nombre d’intervention donc les coûts de maintenance, voir les études en coûts globaux.

Plan de maintenance

Deux possibilités se présentent pour intervenir en maintenance sur les luminaires :
– soit au cas par cas dès qu’une source est défectueuse, avec un éventuel nettoyage
– soit pour éviter les frais en anticipant et en planifiant une intervention groupée (changement de lampe et nettoyage) avec un intervalle d’une durée de vie économique (sauf cas des locaux très sales qui nécessite un nettoyage plus fréquent). Tous les éléments (fréquence, lieu, personne, actions à effectuer, causes, moyens…) définissant ces interventions peuvent être regroupés dans un plan de maintenance.

Accueil – Installation et maintenance : Performance – Normes et règlements – Définitions

mise à jour :