Source et lampe : définitions

Les termes en italique sont définis dans cette page.

830/840 : exemple de marquage adopté par la profession pour caractériser les sources. La centaine correspond à l’IRC, la dizaine et l’unité correspondent à la température de couleur proximale. → Voir la page dédiée à la fluorescence pour plus de détails.

Actinique : de manière générale, se dit d’un rayonnement ayant une action chimique. Ce terme est utilisé plus précisément dans l’éclairage pour une lumière impressionnant une pellicule photo argentique. → Voir inactinique.

Amorçage : procédé qui consiste à créer l’ionisation du gaz à l’intérieur des lampes à décharge. Ceci est effectué en générant une différence de potentiel par un amorceur (ou starter) entre des électrodes dans le cas d’un ballast magnétique ou directement par un ballast électronique.

Ballon fluo : appellation commune des lampes à vapeur de mercure qui ont été très utilisées dans l’industrie. Ces lampes peu performantes ne sont utilisées qu’en relamping et sont interdites depuis 2015. → Voir les caractéristiques générales des lampes.

Binning : la production des LED est très délicate et il est pour l’instant impossible de produire des composants rigoureusement identiques. Il est donc nécessaire d’effectuer un tri en fonction des caractéristiques des LED produites, cette opération indispensable est appelé « binning ». Les caractéristiques prises en compte sont : la couleur (→ voir Ellipse de Mac Adam et SDCM), le flux lumineux et la tension directe.

Corps noir : modèle en sciences physiques où le spectre électromagnétique ne dépend que de la température. Le soleil en est une bonne illustration. Ce concept permet dans l’éclairage de définir une lumière blanche (chaude, froide…) en fonction de la température de ce corps idéal (3000°K pour du blanc chaud et 4000°K pour du blanc froid par exemple). → Voir température de couleur et température de couleur proximale.

Culot : partie arrière de la source d’éclairage qui se loge dans la douille pour assurer d’une part la connexion électrique et d’autre part la fixation mécanique. Il est indispensable d’adapter le type de douille au type de culot. → Voir les lampes à décharge ou plus spécifiquement la fluorescence.

Décharge électrique : différence de potentiel électrique générée entre les électrodes par un amorceur (ou starter) dans une lampe à décharge pour ioniser le gaz.

Dichro : appellation courante pour « lampe dichroïque ». Signifiant étymologiquement « deux couleurs », ce terme désigne des lampes basses tensions halogènes avec réflecteur (dont l’angle est bien défini). Rigoureusement ce vocable ne concerne que les lampes qui ont subi un traitement dichroïque qui permet de diriger la chaleur vers l’arrière de la lampe.

Douille : objet plastique, métallique ou céramique placé à l’extrémité du circuit électrique qui permet en même temps une connexion électrique et mécanique pour accueillir le culot d’un lampe. Il est indispensable d’adapter le type de douille au type de culot. → Voir les lampes à décharge ou plus spécifiquement la fluorescence.

Durée de vie : estimation de la durée de vie d’une lampe. Les définitions varient suivant les fabricants et les types de lampes et il est nécessaire de comparer deux définitions identiques. Les facteurs (qui peuvent être combinés) sont la mortalité, la baisse du flux (durée de vie « utile ») et l’économie (→ voir durée de vie économique). Il n’est pas rare de trouver chez les fabricants plusieurs durées de vie pour une même lampe, par exemple 6000 h à 5% de mortalité, 12 000 h à 20% et 18 000 h à 50%. Ou même des tableaux complets pour les LED (→ voir ici les détails des définitions des L70B10, L80C10, L60F10…) prenant en compte différentes caractéristiques comme la température, la mortalité et la baisse de flux.

Durée de vie économique : durée de vie optimale d’un point de vue économique en tenant compte de nombreux paramètres comme la baisse du flux, le prix des sources et les coûts de maintenance. Il peut être en effet plus rentable de changer au même moment toutes les sources d’une même installation – même celles qui fonctionnent encore – pour compenser la baisse du flux et pour diminuer de forts coûts de maintenance. Une telle approche demande de l’anticipation et l’élaboration d’un plan de maintenance.

Électrode : partie conductrice par laquelle l’électricité part ou arrive. Dans l’éclairage et plus précisément dans les lampes à décharge, les électrodes sont insérées dans le verre contenant le gaz à ioniser. C’est par elles qu’est effectué l’amorçage.

Électroluminescence : luminescence provoquée par un courant électrique.

Flickering : papillotement en anglais, voir papillotement.

Fluo compacte : appellation courante des lampes fluorescentes, c’est-à-dire monoculot en opposition aux tubes qui ont deux culots. Pour le particulier, il s’agit d’une lampe avec ballast intégré mais pour le professionnel, les lampes sont avec ballasts séparés car plus performantes (plus de détails sur cette page).

Fluorescence : technique utilisée pour la production de lumière pour les sources dites fluorescentes et par habitude, l’ensemble de ces sources. Ce nom vient des poudres fluorescentes qui sont déposées sur le verre (qui le rendent d’ailleurs systématiquement opale) et qui permettent de transformer les ondes électromagnétiques de l’ultraviolet au visible. En sciences physiques, la fluorescence est l’émission spontanée de lumière provoquée généralement par l’absorption d’un photon. Elle s’oppose à la phosphorescence qui émet une lumière sur la durée. Pour plus d’informations, → voir la page dédiée, les caractéristiques des différentes sources et également une comparaison LED/fluorescence.

Halogène (lampe) : les lampes halogènes appartiennent à la famille des lampes incandescentes. Un composé halogène a été rajouté, ce qui augmente l’efficacité et la durée de vie. Pour plus d’informations, → voir les caractéristiques des différentes sources.

HID (High Intensity Discharge) : lampes sodium ou halogénures haute pression, → voir les caractéristiques des différentes sources.

HIE/HIT : lampe halogénures (iodures) métalliques de forme ovoïde/tubulaire, → voir les détails des formes sur cette page et pour plus d’informations, → voir les caractéristiques des différentes sources.

HME : lampe vapeur de mercure ovoïde, → voir les caractéristiques des différentes sources.

HSE/HST : lampe sodium haute pression de forme ovoïde/tubulaire, → voir les détails des formes sur cette page et pour plus d’informations, → voir les caractéristiques des différentes sources.

ILCOS (International Lamp COding System) : système international de codification des lampes, → voir NF EN 61 231.

Inactinique : de manière générale, se dit d’un rayonnement n’ayant pas d’action chimique. Ce terme est utilisé plus précisément dans l’éclairage pour une lumière n’ayant aucun effet sur une pellicule photo argentique. → Voir actinique.

Incandescence : ce terme désigne à la fois le principe physique de production de lumière à chaud (soleil, feu…) et les lampes qui fonctionnement suivant ce principe. Les lampes halogènes sont de la même famille. Pour plus d’informations, → voir les caractéristiques des différentes sources.

Induction (électromagnétique) : phénomène physique générant une différence de potentiel grâce à un champ électromagnétique variable, ce qui permet de produire des lampes à décharge sans électrodes appelées lampes à induction.

Ionisation : action d’enlever ou de rajouter des charges électriques (électrons) à un atome ou à une molécule, ce qui génère des « ions », électriquement chargés (non neutres).

Lampe à ballast intégré : lampe fluocompacte pouvant être utilisée directement sur un courant 230V/50Hz. Ces lampes, moins performantes que les lampes fluo compactes avec ballast séparé, sont utilisées par les particuliers.

Lampe à décharge : ce terme est trompeur car la pratique dans l’éclairage considère que les lampes à décharge ne concernent que les lampes iodures (halogénures), sodium et les lampes à vapeur de mercure alors que la fluorescence a bien un fonctionnement physique identique (ionisation d’un gaz par décharge électrique) mais est souvent écartée dans cette appellation.

Lampe à induction : lampe fluorescente dont le système d’amorçage est assuré par une antenne inductive (c’est-à-dire générée par induction électromagnétique). Ce type de lampe ne possède donc pas d’électrodes, ce qui permet d’avoir une grande durée de vie pour ces lampes utilisées lorsque la maintenance est difficile, → voir la page spécifique sur la fluorescence.

LEC (Light Emitting electrochemical Cell) : dispositif émettant de la lumière et constitué d’un semi conducteur organique couplé à deux électrodes. Les LEC sont plus simple que les LED et ont donc un procédé de fabrication économique mais leur durée de vie limitée confine actuellement leur utilisation aux laboratoires.

LEEC (Light Emitting Electrochemical Cell) : voir LEC.

LED (Light Emitting Diode) : diode électroluminescente, appelé SSL (Solid State Lighting) ou DEL (Diode Electro Luminescente) en français. Il s’agit d’un composant opto électronique capable de générer de la lumière. La lumière émise est ponctuelle, → voir la page dédiée, les caractéristiques des différentes sources et également une comparaison LED/fluorescence.

Luminescence : principe de production de lumière à froid. Cette famille comprend toutes les lampes à décharge, les LED et OLED.

Néon : appellation utilisée à tort par les néophytes pour les tubes fluorescents. Ce terme – qui n’est pas utilisé dans la profession en ce sens – désigne d’une part un gaz inerte très utilisé dans l’éclairage et d’autre part les éclairages de signalisations extérieures des magasins dont la technique est sensiblement différente de la fluorescence.

OLED (Organic Light Emitting Diode) : diode électroluminescente organique. Le principe est le même que pour la LED sauf que les semi-conducteurs sont organiques. Les performances sont nettement moins intéressantes que pour la LED actuellement pour un coût bien supérieur, → voir les caractéristiques des différentes sources. L’éclairage est surfacique en opposition à celui de la LED qui est ponctuel.

OLET (Organic Light Emitting Transistor) : transistor (composant électronique qui permet de contrôler un courant électrique grâce à trois électrodes) qui émet de la lumière. Cette technologie semble prometteuse, notamment pour remplacer les OLED dans certaines conditions.

Ovoïde : forme qui ressemble à un œuf de certaines lampes à décharge.

Papillotement : en éclairage, modification de l’intensité de la source lumineuse due à des modifications des caractéristiques du courant électrique. Cet effet est visible sur les lampes à décharge avec ballast magnétique et en gradation sur des LED dont l’alimentation est peu qualitative. Le papillotement est également appelé scintillement (flickering en anglais).

Phosphore : ce terme désigne un élément chimique pur mais également dans le cas des LED, la matière qui convertit la lumière bleue produite par les LED en jaune, → voir les spectres électromagnétiques des différentes sources. La combinaison de ces deux couleurs produit du blanc. C’est actuellement la manière la plus courante pour produite une lumière blanche avec des LED et le phosphore peut être placé loin de la LED (phosphore distant).

Photoluminescence : luminescence par absorption de photons (utilisé par exemple dans le médical).

Poudre fluorescente : poudre présente sur le verre des lampes fluorescentes pour transformer les ondes électromagnétiques ultraviolet en ondes visibles. Il y a généralement trois poudres, ce qui permet d’avoir un bon rendu des couleurs (IRC >80). Cinq poudres permettent d’avoir un IRC>90.

Scintillement : voir papillotement.

SOX : appellation courante (Philips) des lampes sodium basse pression, → voir les caractéristiques des différentes sources.

Stroboscopique (effet) : impression visuelle spécifique due à un éclairage par intermittence. Ceci peut être causé par des ballasts magnétiques qui fonctionnent à une fréquence de 50Hz , ce qui à raison de deux passages à 0 par période donne 100 extinctions par seconde. Si cette fréquence se trouve être un multiple de celle de l’œil, l’impression visuelle peut se transformer en scintillements discontinus désagréables. Ce phénomène ne peut être observé avec des ballasts électroniques puisque les composants fonctionnent à plusieurs dizaines de milliers d’hertz.

T8/T5/T2 : tubes fluorescents respectivement de diamètre 26/16/7 mm.

Tension d’amorçage : différence de potentiel nécessaire pour ioniser le gaz à l’intérieur d’une lampe à décharge. Cette valeur dépend des lampes et des types de lampes et est générée par un amorceur (ou starter) entre des électrodes dans le cas d’un ballast magnétique ou directement par un ballast électronique.

Tréfiler : réduire un fil de métal par traction et passage dans une filière. Ce procédé est utilisé pour fabriquer les filaments des lampes incandescences.

Triboluminescence : luminescence générée par frottement.

Vapeur de mercure : lampes de type à décharge qui ont été très utilisées dans l’industrie et appelées communément « ballon fluo ». Elles ne sont presque plus présentes car peu performantes (et seront même interdites en 2015), → voir les caractéristiques des différentes sources.

Définitions : Ballast et alimentationGradationOptiqueLuminairePhotométrie et éclairagismeInstallation et maintenanceLumièreCouleursEcologie

mise à jour :