Source et lampe : caractéristiques, performances et utilisations

La technologie utilisée pour fabriquer les lampes implique des caractéristiques de sources lumineuses extrêmement variées, par le type de fonctionnement, leurs performances mais également par leurs formes et leurs culots.

Pendant des années, choisir une lampe a été un compromis entre un certain nombre de paramètres comme :
– le coût ;
– l’efficacité lumineuse (voir la performance énergétique et les calendriers de bannissements des lampes sur le site de l’Union Européenne ou de Lighting Europe) ;
– la durée de vie ;
– la température de couleur proximale (la couleur émise par la lampe) ;
– le rendu des couleurs (mesuré par l’IRC, l’Indice de Rendu des Couleurs) ;
– les puissances ;
– l’encombrement ;
– le type d’appareillage ;
– la possibilité de gradation ;
– la vitesse de réallumage à chaud (pour les luminaires de secours par exemple) ;
– …

Depuis 2015 environ (et suivant les types de lampes), les LEDs ont petit à petit éclipsé toutes les autres sources par leurs propriétés très intéressantes (efficacité, durée de vie, réactivité, IRC…). Les économies d’échelle ont permis de diviser leur prix par 5 également en quelques années.

Caractéristiques par type de source

Voici un résumé des caractéristiques des lampes utilisées dans l’éclairage professionnel (données prises dans les catalogues des plus grandes marques européennes) :

Type de sources Coût Efficacité (lm/W) Durée de vie (h) IRC Puiss.(W) Appar. Gradation Spécifique
Incandescence Excellent marché <15 1 000 à 2 000 100 5 à 100 Non Découpage de phase  –
Halogène Très bon marché 10 à 30 2 000 à 5 000 100 5 à 2000 Non Découpage de phase  –
Tube T5/T8 Bon marché 80 à 115 20 à 35 000 50 à 100 14 à 120 Oui Electronique, baisse d’efficacité Fort encombrement
Fluocompacte avec ballast déporté Bon marché 50 à 90  6 à 10 000 50 à 100 5 à 120 Oui Electronique suivant lampe, baisse d’efficacité Fort encombrement
Fluocompacte avec ballast intégré Bon marché 40 à 75 6 à 20 000 50 à 100 5 à 75 Non Lampe spécifique Fort encombrement
Sodium basse pression Bon marché 140 à 200 10 à 18 000 Non significatif 18 à 180 Oui Fort encombrement
Sodium haute pression Bon marché 70 à 140 15 à 35 000 20 à 80 35 à 1000 Oui Electronique si ≤ 150 W
Réduction de puissance
sur un seuil si > 150 W*
Faible encombrement, réallumage après quelques minutes
Halogénures (ou iodures) métalliques Bon marché 80 à 120 6 à 20 000 60 à 90  20 à 3500 Oui Electronique si ≤ 150 W
Réduction de puissance
sur un seuil si > 150 W*
Faible encombrement, réallumage après quelques minutes
Vapeur de mercure (ballon fluo) Bon marché 40 à 60 8 à 20 000 40 à 70 50 à 1000 Oui  – Faible encombrement, réallumage après quelques minutes
LED Correct 100 à 200 50 000 Jusqu’à 90 Jusqu’à 3 Oui Electronique, augmentation d’efficacité Attention à l’échauffement et à l’éblouissement
OLED Très cher Jusqu’à 50 15 000 Jusqu’à 90 Suivant surface Oui Non significatif

Décrochage vers 40% du flux donc attention au mode de commande (notamment bouton poussoir et 1/10V) : si la lampe décroche, il est alors nécessaire d’attendre qu’elle refroidisse pour la rallumer

Utilisations par type de source : les LED ont pris le pouvoir !

Voici également un résumé des principales utilisations de ces lampes (et sur la page dédiée une utilisation des différentes sources par type de luminaire) :

Type de sources Caractéristiques principales Type de bâtiment Luminaires Type de besoin
Incandescence Peu cher, très faible efficacité, faible durée de vie, excellent IRC Quasiment inutilisé maintenant, voir norme Vieux luminaires ou très spécifiques (haute température) Applications spécifiques comme les très hautes températures
Halogène Peu cher, faible efficacité, faible durée de vie, excellent IRC Très peu utilisé, logement particulier Suspension, lampe de table, lampe de bureau, lampadaire… Coût faible, encombrement faible
Tube T5/T8 Bon marché, très bonne efficacité, longue durée de vie, bon IRC Tertiaire, quasiment plus utilisé Type linéaire ou surfacique comme des suspensions Bonne efficacité, flux important, dimensions importantes
Fluocompacte avec ballast déporté Bon marché, bonne efficacité, bonne durée de vie, bon IRC N’est plus utilisé
Fluocompacte avec ballast intégré Bon marché, efficacité moyenne, durée de vie moyenne, bon IRC N’est plus utilisé
Sodium basse pression Bon marché, excellente efficacité, durée de vie moyenne, couleur orangé, très mauvais IRC N’est plus utilisé Uniquement relamping sur installation existante
Sodium haute pression Bon marché, très bonne efficacité, durée de vie moyenne, IRC moyen, délai pour rallumage à chaud N’est plus utilisé Uniquement relamping sur installation existante
Halogénures (ou iodures) métalliques Bon marché, bonne efficacité, durée de vie moyenne, bon IRC, délai pour rallumage à chaud N’est plus utilisé Uniquement relamping sur installation existante
Vapeur de mercure (ballon fluo) Faible efficacité  Inutilisé  (interdit en 2015) Uniquement relamping sur installation existante
LED Cher, excellente efficacité, très bonne durée de vie, bon IRC, éclairage ponctuel (attention à l’éblouissement et à l’échauffement) Tertiaire, architectural, industriel, logement Toute application sauf grande chaleur Très bonne efficacité, longue durée de vie, toutes dimensions
OLED Très cher, efficacité moyenne, durée de vie moyenne, éclairage surfacique Prototype, très haut de gamme design Design innovant (notamment éclairage à partir d’une surface courbe)

Amélioration de l’efficacité des sources

Par souci environnemental, des classifications des lampes (et de leur appareillage associé) ainsi que des calendriers pour bannir les éléments les moins performants d’un point de vue de l’efficacité énergétique sont développés régulièrement, voir sur le site de l’Union Européenne ou de Lighting Europe et également les étiquettes énergétiques et les normes associées.

Par exemple pour les LED, la classification est basée sur la directive EU 874/2012. Cette classification n’est pourtant pas utilisée dans l’éclairage professionnel car trop compliquée.
En effet, l’efficacité en lm/W est une donnée courante et bien souvent suffisante alors que la EU 874/2012 établit des classifications dépendant notamment de :
– de l’angle de diffusion
– du flux
– du courant
– de la puissance.
Il est donc nécessaire de faire un calcul pour chaque utilisation, ce qui rend impossible son adoption par le marché.

Accueil – Sources et lampes : Théorie – Histoire et types – Normes – Définitions

mise à jour :