Accueil » Guide de l’éclairage » Vision : définitions

Vision : définitions

Les termes en italique sont définis dans cette page.

Accommodation : ajustement de la convergence du cristallin qui permet d’amener sur la rétine l’image d’un objet situé à une distance donnée.

Acuité visuelle : capacité de perception distincte de détails ayant une faible différence angulaire.

Adaptation : modification de l’état du système visuel en fonction de changements dans le champ visuel comme la luminance ou la couleur.

Aphaque : se dit d’une personne (ou plus spécifiquement d’un œil) qui n’a pas ou plus de cristallin, soit pour des raisons naturelles ou dû à une opération, voir également pseudo aphaque. Ces personnes sont plus sensibles à la lumière bleue et demandent une attention particulière (groupe 0 concernant le risque photobiologique, voir la NF EN 62471).

Aveugle : privé du sens de la vue ou personne qui ne voit pas.

Bâtonnet : cellule photosensible de la rétine réactive aux faibles luminances donc à la vision de nuit dite scotopique. Il y a environ 130 millions de bâtonnets dans la rétine. Les bâtonnets sont peu sensibles à la couleur mais participent à l’évaluation des formes et des contrastes et servent à la vigilance.

Classe de qualité : classification des exigences de qualité relative à la limitation de l’éblouissement en fonction des caractéristiques de la tâche visuelle. Il existe 5 classes notées de A à E, du plus au moins exigent, voir tableau.

Champ visuel : espace angulaire dans lequel l’œil immobile peut (ou les yeux immobiles peuvent) voir un objet.

Circadien (rythme ou cycle) : regroupement des mécanismes biologiques et physiologiques qui se répètent pendant une période d’environ 24 heures, les plus connus étant l’état de veille/sommeil, l’humeur (voir thymie) et la température du corps. Étymologiquement, le mot vient de circa (environ) et diem (jour).

Cône : cellule photosensible de la rétine réactives aux fortes luminances donc à la vision de jour dite photopique. Il y a environ 6 millions et demi de cônes dans la rétine. Les cônes participent au décodage de la couleur.

Cornée : partie extérieure transparente et saillante de l’œil. La cornée est le premier élément de l’œil à jouer un rôle optique (dioptre) et joue un rôle de protection face au milieu extérieur.

Cristallin : organe plein et transparent de l’œil situé entre l’iris et la rétine. D’un point de vue optique, le cristallin joue un rôle de lentille biconvexe et permet de concentrer les rayons lumineux sur la rétine au fond de l’œil.

Déficience visuelle : les personnes ayant une déficience visuelle sont soit malvoyantes soit aveugles. Réciproquement, toutes les personnes malvoyantes ou aveugles ont une déficience visuelle.

DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age) : maladie des yeux entraînant une altération de la vision centrale à cause de lésions de la rétine maculaire survenant sur un œil auparavant normal. Ce phénomène apparait après l’âge de 50 ans. Certaines longueurs d’onde dans le bleu favoriseraient cette altération.

Flickering : voir papillotement.

Fovéa : partie centrale de la macula située dans l’axe visuel. C’est la partie de la rétine où la sensibilité est la plus forte. La fovéa ne contient que des cônes, les bâtonnets étant situés dans la partie périphérique de la macula et de la rétine.

Glaucome : maladie indolore du nerf optique qui entraîne une perte progressive de la vision commençant tout d’abord en périphérie et progressant graduellement vers le centre. Cette pathologie apparait surtout après 40 ans.

Iris : membrane colorée située derrière la cornée et percée en son centre par un orifice variable appelé pupille.

Kruïthof (règle de) : règle qui établit une correspondance entre le niveau d’éclairement (en lux) et la température de couleur pour percevoir une lumière “confortable”. Ainsi, suivant cette règle – d’ailleurs remise en cause par des études postérieures -, plus le niveau d’éclairement augmente, plus la température de couleur doit augmenter pour être agréable.

Macula : partie centrale de la rétine comprenant une partie importante de cônes. il existe une petite dépression en son centre appelée fovéa qui ne contient que des cônes.

Malvoyant : une personne malvoyante est une personne dont la déficience visuelle entraîne une incapacité dans l’exécution d’une ou plusieurs des activités en vision de près, à moyenne distance et de loin.

Mélanopique (candela, lumen et lux) : grandeurs photométriques définis par rapport à la sensibilité des cellules à mélanopsine qui ont un pic à 480 nm (pour mémoire, les cônes qui permettent de définir les grandeurs photométriques utilisées classiquement ont un pic de sensibilité à 555 nm).

Mélanopsine : pigment sensible à la lumière, présent dans des cellules spécialisées de la rétine, appelées cellules à mélanopsine. Ces cellules photosensibles ne servent pas à la vision mais régulent les fonctions non visuelles comme le rythme circadien.

Mélatonine : hormone responsable du rythme circadien, souvent appelée hormone du sommeil.

Mésopique (vision) : vision sous luminosité moyenne (type crépusculaire) combinant la vision photopique et la vision scotopique donc utilisant à la fois les cônes et les bâtonnets.

Métamères (lumières ou rayonnements) : deux lumières/rayonnements sont dit(e)s métamères si l’oeil humain ne peut les différenciées alors qu’elles/ils ont des spectres électromagnétiques distincts.

Métamérisme : propriété correspondante aux rayonnements métamères. Une illustration courante de cette propriété est le fait que deux surfaces perçues de couleur identique sous un certain éclairage seront perçues de couleurs différentes sous un autre éclairage.

Modulation temporelle : fluctuation du niveau lumineux de l’éclairage potentiellement perceptible visuellement selon sa fréquence. Ses effets les plus connus sont le papillotement et l’effet stroboscopique.

Nerf optique : nerf crânien qui relie le globe oculaire au cerveau. Il permet de transmettre l’information visuelle captée par les cônes et bâtonnets pour être interprétée par le cerveau.

Non voyant : généralement synonyme de aveugle.

Œil : organe de la vision du règne animal qui permet de capter la lumière. D’un point de vue optique, l’œil humain est composé de la cornée, du couple iris/pupille, du cristallin puis de la rétine et est relié au cerveau par le nerf optique.

Papillotement : impression d’instabilité visuelle due à un flux lumineux variable dans le temps (voir modulation temporelle), que ce soit de manière naturelle (passage d’un nuage par exemple) ou artificielle (passage dans un tunnel avec une grande distance entre les luminaires, source et/ou réseau électrique de mauvaise qualité…). Également couramment appelé flicker ou scintillement.

Photopique (vision) : vision sous forte luminosité (donc de jour) utilisant les cônes, avec un pic de sensibilité maximale est à 555 nm (vert/jaune). Vision opposée à la vision scotopique.

Pseudo aphaque : se dit d’une personne (ou plus spécifiquement d’un œil) qui a un cristallin artificiel, voir également aphaque. Ces personnes sont plus sensibles à la lumière bleue et demandent une attention particulière (groupe 0 concernant le risque photobiologique, voir la NF EN 62471).

Pupille : trou variable au centre de l’iris qui permet de réguler l’intensité lumineuse qui entre dans l’œil.

Purkinje (phénomène ou effet de) : variation de la perception de la couleur en fonction de la luminosité. En vision diurne (vision photopique), le pic de sensibilité maximale est à 555 nm (vert/jaune, utilisations des cônes) alors qu’en vision nocturne (vision scotopique), le pic de sensibilité maximale est à 507 nm (vert bleu, utilisation des bâtonnets).

Rétine : paroi qui constitue le fond de l’œil en contact avec le corps vitré sur laquelle se concentre les rayons lumineux. La rétine contient des cellules photosensibles de deux types : les cônes et les bâtonnets et contient en son centre la macula et la fovéa.

Rythme circadien : voir circadien.

Scintillement : voir papillotement.

Scotopique (vision) : vision sous faible luminosité (donc de nuit) utilisant les bâtonnets avec un pic de sensibilité maximale est à 507 nm (vert bleu). Vision opposée à la vision photopique.

Stroboscope : source de lumière intermittente qui peut de fait – et suivant sa fréquence – générer des effets stroboscopiques.

Stroboscopie : observation d’objets en mouvement par un stroboscope, ce qui permet de “découper” le mouvement en une succession d’images.

Stroboscopique (effet) : effet visuel généralement non désiré dû à une prise de vue ou à un éclairage intermittent (donc possiblement par un stroboscope) d’un objet un mouvement. Par exemple une roue qui donne l’impression de tourner à l’envers dans un film ou une source d’éclairage artificiel de mauvaise qualité qui peut donner l’impression qu’une pièce est immobile alors qu’elle est en mouvement (ce qui peut générer des risques de sécurité au travail).

Thymie : synonyme de “humeur” variant pour tout individu de l’optimisme au pessimisme.

Visibilité : propriété de ce qui est visible (indépendamment des caractéristiques de l’observateur). La visibilité permet de caractériser de manière absolue la performance visuelle en fonction de l’éclairage.

Définitions  : Sources et lampes, Ballast et alimentationGradation, Optique, Luminaire, Photométrie et éclairagisme, Installation et maintenance, Lumière, CouleursThermique, Ecologie, Matériaux, Process.

mise à jour :